Apprendre et s'Organiser pour Réussir
la peur comme méthode d'apprentissage

La pression et le stress pour apprendre, quand pensez-vous ?

Dans notre culture française, la pression peut être encore utilisée comme catalyseur de l’apprentissage. Je ne pense pas que ce soit dans un but de faire peur ou de stresser les enfants mais plutôt une fâcheuse habitude à utiliser le principe de récompense et de punition. Seulement voilà,  l’être humain n’est pas performant dans la peur et c’est ce que nous allons regarder à travers cet article.

Les émotions influencent la mémorisation.

 

la fuite

Nous avons tous expérimenté les échecs ou les victoires et nous sommes à même de les raconter de manière très précise parce que ces évènements ont généré des émotions très fortes à l’intérieur de nous.

Ces émotions peuvent constituer un véritable vecteur d’apprentissage, si nous avons été en mesure de les comprendre, de les nommer et de les liées aux évènements vécus.

A contrario, la peur limite notre capacité à penser. Pourquoi me direz vous ? Tout simplement parce que la peur est une réponse à une menace physique ou psychologique. Cela engendre un changement de comportement qui est perceptible à l’intérieur de notre corps, dans nos organes telles que les douleurs à l’estomac que l’on peut ressentir ou encore le sentiment d’être oppressé au niveau de la poitrine tout comme à l’intérieur du cerveau. Le changement de comportement que l’on pourra observer sera alors le stress ou bien l’agressivité.

Cela génère trois types de réactions :

  • La paralysie
  • Le combat
  • La fuite

Ces réactions sont programmées et génétiques à l’intérieur de chaque être humain et consistent à adopter le comportement nécessaire pour sauver sa vie. En effet nos ancêtres pouvaient être confrontés à des attaques d’animaux et la peur que cela générait ainsi que les réactions associées étaient des réactions adéquates pour sauver leurs peaux. Aujourd’hui dans notre culture occidentales, nous sommes beaucoup moins confronté à des attaques d’animaux surtout dans un cadre scolaire Clignement d'œil. Aussi la peur et les réactions associées ne sont plus appropriées. Souhaite-t-on en effet, déclencher la paralysie, le combat ou la fuite lorsqu’on aborde avec un élève un exercice de mathématiques un peu compliqué. Je ne pense pas que ce soit l’intention de l’enseignant.

Il n’en reste pas moins que le cerveau lui, ne connait que ces trois options. Dans le cas de la peur c’est la partie du cerveau appelée l’amygdale qui prend le contrôle. Le but de ce contrôle  sera d’assurer la protection de la vie. L’amygdale va “ordonner” le passage à l’action et ce sera au choix parmi la paralysie, le combat ou la fuite. Il n’y a dans ce cas aucune place pour la pensée, la réflexion, l’analyse et la stratégie lorsque la peur s’empare de vous.

Je vous invite à lire l’article sur wikipédia qui est très riche d’enseignement sur la peur.

Une expérience menée sur les jeux vidéos

 

 

la peur et jeu

Pensez-vous que si vous étiez à bord de ce train, vous prendriez le temps de prendre des photos et de regarder sereinement le paysage?

 

Le Professeur Dr Gerald Hüther a mené l’expérience suivante : il s’agit d’un jeu vidéo de course de voiture dont l’objectif est de gagner à tout prix. La compétition et l’ agressivité sont très fortes ainsi que le stress et la peur associés. Cette première expérience a démontré qu’il y avait peu d’activité cérébrale du sujet dont l’objectif était de gagner coute que coute dans des conditions de stress.

La seconde partie de  l’expérience a consisté à mettre le sujet en tant que passager cela lui a fourni beaucoup plus de temps d’observation et une grande activité cérébrale cérébrale a été enregistrée ainsi que de nombreux souvenirs par rapport au paysage à l’environnement et à toutes les choses qui était annexe à la course.

La conclusion de cette étude et d’autres du même genre ont permis de démontrer que le stress et la peur limite considérablement la vision, la réflexion puisque vus n’êtes que dans l’action. Il est facile d’imaginer que aboutir à un résultat pertinent va être alors une entreprise compliquée.

Si vous êtes en état de stress lors d’un examen il est important de trouver un moyen rapide pour revenir au calme.

Beaucoup de méthodes sont proposées sur des techniques de respiration faciles à mettre en place et ne nécessitant pas d’aménagement particulier.

En voici une qui permet de revenir au calme en à peu près cinq minutes :

La phase de respiration consiste à une inspiration d’une durée de cinq secondes par le nez puis à une expiration par bouche pendant un nouveau cinq secondes exercice doit être répété pendant une à cinq minutes.

Une autre méthode assez proche est disponible sur le site top santé: 15 minutes pour retrouver son calme.

revenir au calme

Pour conclure .

Apprendre sous pression et dans la peur limite considérablement nos capacités. Notre capacité à penser, notre capacité à voir de manière plus large, notre capacité à aboutir et à se souvenir sont profondément  altérés.

La peur comment je le disais est avant tout une réaction en cas d’attaque dans lequel le sujet voit sa vie menacée. De nos jours cela peut arriver dans des cas tragiques telle que des accidents de circulation, d’agression diverses. Pour sauver notre vie nous ne devons pas penser mais nous devons agir. Et c’est ainsi que notre cerveau réagit.

On comprend bien que pour apprendre de manière sereine et efficace nous avons besoin de penser. Un des outils très important pour influencer la mémorisation sont les émotions positives de préférence telles que les célébrations mais aussi les échecs car lorsque l’on a expérimenté les émotions liées aux échecs on ne commet pas généralement deux fois la même erreur non pas par peur mais plutôt parce que nous avons compris et fait le lien.

Il existe bien d’autres moyens pour apprendre dans la sérénité. C’est d’ailleurs le modèle éducatif de la Finlande qui consiste à placer l’élève au centre des préoccupations d’apprentissage, tout en respectant le développement de chaque élève ainsi que sa vitesse d’apprentissage. Les méthodes qui consistent à faire peur et à stresser n’y ont plus leur place et le résultat est absolument exemplaire puisque ce pays se positionne depuis plusieurs années parmi les meilleurs au monde en terme d’éducation.

Pour résumé et répondre à la question de l’article, je suis d’avis que la peur n’a pas sa place dans les apprentissages efficaces.

J’espère que cet article vous sera utile et vous permettra d’explorer de nombreuses pistes pour améliorer l’apprentissage si tel est le cas partager le avec votre entourage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *